nous avons vu

NOUS AVONS VU, récemment ...

par Cristina Agosti-Gherban

 

Prose du Transsibérien,
par la compagnie Le théâtre oblique

Texte : Blaise Cendrars

Mise en scène : Olivier Borle
Musique, violoncelle et jeu : Marc Lauras

photo ©L.MATILLAT

transsiberienDans la sympathique salle du Centre Mandapa bien remplie, nous avons assisté à ce spectacle qui sera donné en Avignon.
L’artiste s’empare de ce texte emblématique de Cendrars, qui l’amène de l’adolescence à l’âge adulte, dans un voyage initiatique dans un train mythique qui l’amène de Moscou à Kharbine.
Cette ambiance étrange, à la veille de la première guerre et de la Révolution Russe, est soulignée par le jeu (vocal et instrumental) de Marc Lauras, qui assure une performance d’une grande maestria.
Une diction parfaite, un jeu d’une grande simplicité, qui permet au spectateur de s’immerger et de partager ce poème, le tout accompagné par un violoncelle performant et inventif. Car le violoncelle n’accompagne pas d’une façon traditionnelle, mais parle, souligne, fait partie du texte.
Un double exploit en tant qu’acteur et musicien, qui nous laisse admiratifs.
Nous sortons du spectacle dans un état second, perdus dans le rêve de ce beau spectacle.

Il sera joué du 5 au 28 juillet à 12H35 au FESTIVAL AVIGNON OFF

Maison de la Poésie - 4 rue Figuière, 84000 Avignon
Réservations : 04 90 82 90 66

Précipitez-vous !

(A partir de 15 ans)

LE CARNAVAL DES ANIMAUX SUD-AMÉRICAINS,
spectacle de théâtre et musique par l’Ensemble ALMAVIVA

Texte : Carl Norac. Musique : Ezequiel Spucches

(Tout public à partir de 6 ans)

carnaval carnaval

Cette nouvelle création de l’ensemble Almaviva nous ravit, comme toujours. Depuis Hombrecito, nous suivons son travail, qui allie sérieux, musicalité, aisance scénique, excellence instrumentale.
Dans ce nouvel opus, belle partition d’Ezequiel Spucches, nous partons pour Rio, pour assister à un carnaval assez particulier, car il s’agit d’un carnaval zoologique. S’inspirant par le sujet du Carnaval des animaux de Saint-Saëns, celui-ci va au-delà, du point de vue thématique.
Et musical, évidemment, car il utilise des rythmes latino-américains, avec finesse, sans jamais tomber dans la facilité.
Le travail aussi sur les modes de jeu, les nuances, les mélanges de timbres, amène l’auditeur dans une ambiance souvent surprenante, dans la bonne acception du terme.
Les quatre musiciens jouent de leurs instruments avec une grande aisance. Nous aimons particulièrement le jeu imaginatif du percussionniste Maxime Echardour, qui jongle avec instruments et objets.
Le travail d’acteur d’Elliot Jenicot est époustouflant ! D’une grande plasticité, il arrive à nous faire voir les différents animaux, par un jeu subtil, très éloigné des stéréotypes.
Le texte du bien connu auteur pour la jeunesse Carl Norac (nous espérons qu’il sera édité), d’une grande beauté, fait ressortir, à travers la voix des animaux, l’histoire de ce continent, ses luttes, ses souffrances, la colonisation et les migrations.
Une mise en scène simple et efficace, transporte le spectateur dans des lieux divers.
La poignante scène dans laquelle des rubans colorés tombent du haut pour emprisonner les oiseaux, rappelle des heures sombres de l’histoire de ce continent.
Scène qui finit sur une note d’espoir, dans le texte et la scénographie : les rubans deviennent la tente d’un cirque, car la joie et la vie vaincront la barbarie.
Ce spectacle qu’il faut voir absolument, sera redonné au Théâtre Dunois, où il a été créé,  du 13 au 19 janvier. Notez la date dès maintenant !

Maxime Echardour percussions
Monica Taragano flûtes
Johanne Mathaly violoncelle
Ezequiel Spucches piano
Linda Blanchet mise en scène
Bénédicte Jolys scénographie
James Angot lumières   
Elliot Jenicot narrateur

Coréalisation théâtre Dunois – Paris

Production Ensemble Almaviva
Ensemble Almaviva : ensemblealmaviva
theatredunois

Crédits photo Corentin Schimel

MILLE ANS, texte de Marc Antoine Cyr

Spectacle théâtral par la Compagnie a k entrepôt
(A partir de 6 ans)

hans gretel hans gretel

Un jeune garçon de 8 ans, Milan, vit dans une petite île reculée. Il est le seul enfant et, vivant entouré d’adultes, il a un comportement d’adulte.
Mais un jour arrive Peste, sa cousine, et avec elle un vent de révolte et de liberté.
Et Milan devient un enfant qui fait des bêtises, jette ses jouets, et un jour s’en va…
Ce texte émouvant, dialogue entre deux générations, est porté avec brio par les comédiens, très convaincants.
Karim Kadjar, jeune homme ayant une aisance corporelle et une grande agilité, arrive à nous faire croire qu’il est un jeune enfant. A coté de lui, Jean Louis Fayollet campe un grand-père bienveillant et à l’écoute.
La scénographie, simple et efficace, permet un jeu créatif.
Une belle histoire à partager en famille.

Photos © Thomas Bohl

Jean Louis Fayollet et Karim Kadjar jeu
Laurance Henry Mise en scène
Erik Mennesson assistant et lumière
Pauline Maluski assistante chorégraphe
Philippe Le Goff musique

video

Au théâtre Dunois, Paris, jusqu’au 19 avril 2019
theatredunois

Le 7 mai : Quai des Rêves, Lamballe (22)
Du 13 au 20 mai : Scènes Croisées de Lozère, Mende (48)

NA au pays de ZZAZZAN, spectacle musical

Ce spectacle soi-disant « jeune public », est en fait un spectacle « tout public », tant le spectateur est happé par les propositions musicales. Ils l’appellent OMNI (Objet Musical Non Identifié).
Proche du théâtre musical, du théâtre d’objets, les musiciens, qui ont plusieurs cordes à leur arc, ont une grande inventivité, qu’ils utilisent pour passer des moments loufoques à d’autres d’une grande poésie et délicatesse.
Les objets les plus habituels deviennent lieu de jeu, mais surtout, instruments de musique. L’échelle est frappée mais, ce qui est extrêmement surprenant, se transforme en instrument à vent. Des arrosoirs sont utilisés comme trompettes, un tambour à eau côtoie une bassine, et les jeux d’eau déclenchent l’hilarité des enfants. Des bruits courants, perceuse, scie, permettent de fabriquer, sur scène une guitare, qui devient électrique !
Des moments d’une grande poésie, comme le quatuor d’objets frottés, dont la scie et un verre, entre autres, mais aussi les polyphonies vocales, où un tissu peint qui bouge au son des voix, ramènent le public à une ambiance d’une grande douceur, après l’avoir promené dans des sphères plus dynamiques et circadiennes.
Un grand moment est celui dans lequel Isaacs Haim fait chanter le public, le conduisant avec des gestes. Un bourdon, qui évolue, sur lequel les musiciens jouent, et ensuite des imitations, transportent le spectateur dans des sentiers musicaux loin des facilités habituelles.
Les musiciens, que ce soit à l’instrument ou a la voix, sont tous d’un grand professionnalisme.

Photo Didier Monge

Avec Haim Isaacs (voix, senza, shruti box)
Cyrille Froger (vibraphone, percussions, voix)
Matthieu Beaudin (accordéon,voix)
Gaël Ascal (contrebasse, voix)

LA MER DIVAGUE par La Compagnie du Chameau

Contes et Harpe

(À partir de 4 ans)

merDans ce conte, nous voyons la mer en colère contre la femme du pêcheur qui lui a manqué de respect, mais aussi se moquant de la Seine. Elle raconte beaucoup d’anecdotes, nous dévoilant, par exemple, pourquoi la grenouille a les yeux globuleux.
La harpe celtique est un personnage d’égale importance. Jouée avec délicatesse, elle peut aussi prendre des allures énergiques, et la harpiste intervient, en interaction avec le public, public d’enfants, majoritairement, qui participe avec beaucoup d’entrain.
La mer et la harpiste font un beau couple, qui mène le public dans un monde merveilleux.

Avec  :
Béatrice Vincent et Marie-Hélène Vergé (Harpe)
Costumes : Sophie Piegelin.

Les samedis et dimanches jusqu’au au 20 Mars et tous les jours du 23 Février au 2 mars à 16h

akteon
spectacles-jeune-public

Loin de Garbo

Écrit par Sigrid Baffert
Composé par Alexis Ciesla
et interprété par le Collectif de l’autre moitié (musiciens-comédiens)

(De 5 à 110 ans)

garbo Nous avons adoré le livre/CD, (Coup de cœur et le Grand Prix de l'académie Charles Cros) mais que dire du spectacle !!!!
Sublime !
C’est l’histoire, librement inspirée d'une chanson du folklore yiddish "J'avais un petit manteau", d’un jeune couple, leur bébé et de leur oncle muet qui ne parle qu’à l’aide d’un instrument de musique, et qui fuient la montée de la dictature.
Le beau texte, porté avec panache par les musiciens, parle d’exil, d’immigration, de métissage, sujets toujours d’actualité.
La musique est aussi un voyage. Europe de l’est, influences tziganes, jazzy, klezmer, elle passe par moments d’une ambiance mélancolique à d’autres moments d’une incroyable énergie.

Les musiciens, poly-instrumentistes, jouent avec une grande aisance, bougent en même temps avec une égale facilité, (mention spéciale pour le contrebassiste) chantent et dansent. La salle archicomble du Musée d’art et d’histoire du judaïsme, a vibré avec eux et a fini presque en dansant, et en tout cas, en chantant.
A voir dès que possible !

Collectif de l’Autre Moitié  :
Quentin Degeorges , clarinettes 
Xavier Nunez Lizama , contrebasse 
Adrien Philippon , clarinettes 
Joakim Ciesla , saxophone alto 
Anaïs Poingt , vibraphone, violon, percussions 
Romain Montiel , batterie, guitare 
Lisa Favre , chanteuse

Prochaine date 06/03/2019 Théâtre Municipal, LA BOURBOULE (63 Puy-de-Dôme)
Mais suivez l’actualité. sur le site Victorie music

affiche

Une belle initiative de l’Opéra Comique, pour l’ouverture de la saison 2019.
Mon premier festival d’opéra, pour les enfants à partir de 6 ans.
Avec trois spectacles : un opéra, un spectacle lyrique avec marionnettes et des contes illustrés en direct.
Avec la participation des élèves de la maîtrise populaire de l’Opéra comique, encore une belle initiative, qui se propose de donner une éducation artistique à tous ceux que la musique attire sans en connaître forcément la grammaire, à partir de toutes les origines ethniques, sociales et culturelles.

Gretel et Hansel, d’après Engelbert Humperdinck

adaptation française de Henri-Alexis Baatsch et Sergio Menozzi

hans gretel hans gretel

A partir du fameux conte de Grimm, nous pouvons voir les deux enfants égarés dans la forêt et qui, trouvant la maison en pain d’épices, sont faits prisonniers par la sorcière qui veut les manger.
Nous assistons à un spectacle féérique, avec des décors et une mise en scène d’une grande légèreté. Le décor de la forêt, où se déroule une grande partie du spectacle, est d’une grande poésie et profondeur, permettant des magnifiques chorégraphies dans lesquelles les danseurs gambadent joyeusement, avec une aisance et une joie vivifiantes.
Des scènes éblouissantes, notamment les jeux avec les pétales, sont un véritable enchantement.
Les chanteurs assurent une belle performance vocale et scénique, un grand bravo aux deux jeunes qui tiennent le rôle-titre.
Un vrai bonheur 

hans gretelDirection musicale et mise en scène, Sarah Koné
Décors, Roberta Chiarito
Costumes, Lucie Guillemet
Chorégraphie, Christine Bonneton
Hansel Micha Calvez-Richer (9 et 11 février) / Marthe Léon (10 février) Gretel Rachel Masclet (9 et 11 février) / Suzanne Dubureaux (10 février)
La sorcière Ludmilla Bouakkaz
La mère Justine Chauzy
Le père Karl Gedor
Le bonhomme rosé Léontine Maurel-Paurd
Le marchand de sable Yuna Nicolino (9 février) / Kanoumah Dembele (10 et 11 février)
Les amis du père Eliott Appel, Enzo Bishop, Arthur Roussel, Matéo Vincent-Denoble

Avec La Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique

Crédit photos S. Brion

Petite balade aux enfers

spectacle lyrique avec marionnettes

orphee orphee

S’inspirant de l’Orphée et Eurydice de Gluck, ce spectacle, adapté pour les enfants, raconte ce mythe fondateur de l’histoire de l’opéra.
Il s’agit d’Orphée qui ayant perdu sa bien-aimée, Eurydice, va la chercher aux enfers. Pour pouvoir la sauver il ne doit pas la regarder, ce qu’il réussit à faire pendant un bon bout de temps, au désespoir d’Eurydice qui pense qu’il ne l’aime plus. Et bien sûr, ce qui devait arriver arriva, et il se retourne pour la contempler, la perdant ainsi.
Ce qui donne lieu au poignant air bien connu : J’ai perdu mon Eurydice.
Le point fort de cette mise en scène est son traitement par des marionnettes. Marionnettes qui évoluent dans un grand castelet, sorte de scène sur la scène. Et le plus extraordinaire est que les marionnettes ont des têtes humaines…Eh oui !, car il s’agit des chanteurs qui, par un ingénieux dispositif, intègrent les marionnettes, le reste du corps étant, bien sûr, caché par le castelet. Et l’impression de marionnette est totale !
Elle est aussi totale grâce au superbe travail des lumières, qui crée des couloirs de lumière qui permettent aux marionnettistes d’être invisibles.
Les marionnettes parlent et chantent merveilleusement, ce qui permet aux enfants de découvrir le chant lyrique, si loin de ce qu’ils entendent habituellement.
De temps en temps, un chœur, composé des élèves de la maîtrise, fait une discrète apparition dans le noir. Et d’autres fois, des têtes chantantes émergent à la base du castelet.
Un beau spectacle pour tous

orpheeEurydice Judith Fa
Orphée Marie Lenormand
Amour Marie-Victoire Collin (Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique)
Chœur Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique
Direction musicale, piano Marine Thoreau la Salle
Mise en scène et scénographie,  Valérie Lesort
Création lumière et scénographie,  Pascal Laajili
Création des marionnettes Sami Adjali, Carole Allemand, Valérie Lesort
Création Toiles peintes Sylvie Mitault
Manipulateurs de marionnettes :
Sami Adjali, Christian Hecq, Florimond Plantier

Crédit photos S. Brion

LE DERNIER OGRE, par LA CIE LE CRI DE L’ARMOIRE

Mélopée musico-slamée à partir de 13 ans
Création 2019

paradoxal paradoxal

De l’ogre des contes traditionnels à l’ogre de la vie courante il y a de la distance.
Mais cette distance est franchie pendant ce spectacle étonnant.
Car, si l’on se met à la place de l’ogre, c’est à cause du Petit Poucet et de ses frères qu’il a égorgé ses filles adorées.
Et si bien le public peut s’identifier au personnage de la pièce, qui choisit de partir vivre à la campagne et essaye de changer ses habitudes alimentaires en cultivant sa nourriture, ce choix va déterminer des situations dramatiques.
L’auteur nous met face à nos choix. Manger des animaux, et pourquoi pas des humains ?
L’histoire prend le spectateur à la gorge, et en même temps l’aide à se questionner.
Les jeunes collégiens qui assistaient à la représentation ont montré, par leurs questions, le bouleversement que cette thématique a provoqué, tout en les poussant à réfléchir.
Sur scène, le comédien Marien Tillet passe par des états divers avec la même maîtrise et chante aussi avec beaucoup d’émotion.
Il n’est pas seul, car la musique est un deuxième personnage. Elle est écrite et jouée par Mathias Castagné, qui utilise son instrument (guitare électrique) avec une grande finesse et une belle recherche de modes de jeu.
Troisième personnage : une toile qui traverse la scène, évoluant au fur et mesure que des traits d’eau pulvérisés s’étalent, coulent. Elle relie les deux univers.
Une magnifique performance de laquelle on ne sort pas indemne !

Crédit photos ©_JO

Texte et Mise en scène Marien Tillet
avec
Marien Tillet (voix),
Mathias Castagné (guitare)
Samuel Poncet (Dessin sur toile)
Scénographie et lumières Samuel Poncet,
Son et régie Simon Denis

TOURNÉE 2019
21 mars à 20h30 au Théâtre Le Liburnia à Libourne (33)
29 mars à 14h30 et 20h au Théâtre André Malraux à Chevilly-Larue (94)
3 avril à 17h Festival Mythos à Rennes (35)
27 juin Culture Commune, Scène nationale du Bassin minier du Pas-de-Calais (62)
du 5 au 28 juillet FESTIVAL OFF AVIGNON

Teaser

Paradoxal, par la Compagnie Le cri de l’armoire.

Thriller scientifique de et avec Marien Tillet

paradoxal Après le succès du mois de novembre, le théâtre de Belleville reprogramme ce spectacle étonnant, qui affiche encore complet.
Il s’agit d’une rêverie sur…le rêve.
Marien Tillet explore la frontière, souvent mince, entre rêve et réalité.
Et avec une énergie époustouflante, amène le spectateur à se questionner aussi. Rêvons-nous que nous sommes au théâtre ?
Dans un mélange de « sérieux scientifique » et d’humour, l’acteur passe d’un état à l’autre, jouant sur les espaces scéniques.
Le seul élément du décor est un bureau et des bouteilles en plastique. Et avec un rythme soutenu, le bureau explorera tous les espaces, avec un savant jeu de lumières qui permet des changements presque instantanés chez le personnage.
Nous ne dévoilerons pas la fin, qui laisse les spectateurs pantois.
Le tout souligné par une ambiance sonore composée de sons subtils parfaitement intégrés au jeu.
Une magnifique performance de Marien Tillet, qui assure tout seul ce spectacle de plus d’une heure, tenant le spectateur en haleine du début à la fin.

paradoxal

Photos_©_Samuel_Poncet

Marien Tillet - direction artistique, texte et jeu
Samuel Poncet - scénographie et lumières
Alban Guillemot - dispositifs et traitements sonores

Jusqu’au 19 février au Théâtre de Belleville

Et le Samedi 06 avril 2019 à 20h30, LA MARGE : 37, avenue Pierre Point - 77127 Lieusaint
Réservation : 01 60 60 97 51 - service.culture@ville-lieusaint.fr

Video - Site

TE PRENDS PAS LA TÊTE ! , par la Compagnie Écrire un mouvement

Spectacle de Théâtre / Danse / Arts Numériques, à partir de 7 ans

prends teteL’idée maitresse de ce spectacle est de travailler sur l’attention. Qu’est-ce qu’elle est, d’où vient elle ?
A partir de là, le danseur travaille toutes les facettes de ce concept, d’une façon fine et ludique.
Des positions périlleuses, des acrobaties à couper le souffle, on dirait que ce danseur n’a pas d’os, tant ses mouvements et ses contorsions sont époustouflantes de légèreté.
Mais au-delà de ce travail scientifique, adapté librement de "Des petites bulles de l’attention" du chercheur en neurosciences Jean-Philippe Lachaux, ce spectacle est d’une incroyable poésie, dans lequel la recherche sonore a une grande place, avec des petits sons, subtils, et du texte intégré à la bande-son, travaillé musicalement.
Poésie de la mise en scène, avec une déferlante de petites balles qui remplissent la scène, des jeux sonores d'une grande finesse, c’est un véritable émerveillement.
Comédienne et danseur jouent dans une synchronie constante, et même s’ils n’ont pas tout compris, les jeunes enfants sortent du spectacle les jeux pétillants.

photo - ©Manuel Buttner

Conception, chorégraphie et mise en scène : Thierry Escarmant
Victor Virnot danse
Fanny Avram jeu
Ryan Kernoa composition et musique

Au théâtre Dunois, jusqu’au dimanche 3 février.

Site : theatredunois

TIERKREIS, spectacle de musique, marionnettes et théâtre d’ombres,
par l’Ensemble C Barré

Sur la musique de Karlheinz Stockhausen

 A partir de 5 ans

tirekreissVoici un spectacle jeune public qui nous éloigne de tous les poncifs dont ont à l’habitude d’entendre quand il s’agit de s’adresser à ce public.
Car l’histoire est presque réduite à néant, il n’y a pas de paroles. Les seuls personnages sont la musique de Stockhausen, qui est loin d’être facile, même pour un public adulte, une marionnette qui intervient en début et en fin de spectacle, et des ombres.
Et ceci suffit pour tenir le public, composé majoritairement d’enfants de 4 et 5 ans, dans une attention silencieuse et habitée, comme il m’a été rarement donné de voir.
C’est un spectacle d’une grande poésie et douceur. Le spectateur est happé par la musique, produite par trois formidables musiciens, que l’on voit quelquefois sur la scène. Mais celle-ci est souvent dans le noir pour laisser place à des projections d’une grande délicatesse.
Il s’agit en fait des signes du zodiaque, que Stockhausen utilisait souvent. D’ailleurs, cette pièce est sous-titrée  « 12 mélodies sur les signes du Zodiaque ».
Un grand bravo à Nicolas Souply pour son formidable jeu de lumières.
Un spectacle à voir à tout âge !

Avec
Elodie Soulard accordéon
Marine Rodallec ou Sarah Givelet violoncelle
Charlotte Testu contrebasse
Sébastien Boin direction musicale
Antonin Bouvret scénographie
Simon Moers marionnette et ombres

Au théâtre Dunois, à Paris, jusqu’au samedi 19 janvier.

facebook - facebook

Morgane fait ses gammes

Spectacle musical à partir de 3 ans

morgane A travers ce spectacle très dynamique, les enfants pourront approcher des paramètres musicaux, (grave, aigu, fort, faible, etc.) de façon globale et ludique.
Des chansons qui transportent les spectateurs dans des mondes où les petites souris côtoient les grizzlis, des crapauds et autres mouches engourdies.
Les enfants participent activement avec joie aux propositions de ces trois musiciens qui s’amusent eux aussi sur scène, et qui chantent, jouent et dansent avec un grand professionnalisme.
Ce spectacle est la version scénique de l’album de chansons « La musique en chantant »
Vous pouvez le voir jusqu’au 4 janvier au Théâtre Douze, à Paris 12ème.

Auteur-compositeur : Morgane Raoux
Piano et arrangements : Olga Vassileva
Chant et clarinette : Morgane Raoux
Percussions : Bruno Desmouillières
Mise en scène : Ombeline De la Teyssonnière
Costumes : Manon Gesbert

leschansonsdemorgane

Cuisine et confessions, par la compagnie Les sept doigts de la main

Spectacle de cirque, pour toute la famille.

cuisineQuand le spectateur arrive, les artistes sur scène s’activent dans la cuisine, sollicitant même l’aide du public pour éplucher les légumes, par exemple.
Ensuite, nous naviguons entre cuisine, jonglerie, chant, dans un tourbillon éblouissant.
Mais aussi entre les souvenirs des artistes, dans une sorte de rêve éveillé, qui mène le spectateur dans univers divers, car diverses sont aussi les provenances des acrobates.
Tous ces acrobates sont époustouflants, dans leurs voltiges qui restent toujours humaines et poétiques, malgré leur virtuosité.
Et pendant tout ce temps il sera réalisé devant nous un pain aux bananes, une omelette et des nouilles chinoises (très bonnes), tous ces plats étant distribués en fin de spectacle.
Ce spectacle de grande qualité serait encore meilleur si les acteurs travaillaient leur diction, car il n’est pas toujours aisé de comprendre le texte.
On se rattrape sur le visuel et les frissons qu’ils déclenchent !
Courrez vite, ils sont à Bobino, jusqu’au 12 janvier.

Photo ©Alexandre-Galliez

Direction et mise en scène : Shana Carroll et Sébastien Soldevila
Assistance à la mise en scène et régie : Sabrina Gilbert

Abraz’ouverts, Compagnie Brazbazar

Spectacle de théâtre musical à partir de 6 ans

brazbazarLe théâtre de la Reine Blanche, dans Paris 18ème, était comble, avec des enfants du quartier, venus assister à ce magnifique spectacle de théâtre musical.
C’est une commande des Jeunesses musicales de France, qu’il faut remercier pour le fait de programmer des spectacles d’une telle qualité, qui sortent des sentiers battus du spectacle pour enfants.
S’agit-il véritablement d’un spectacle pour enfants ? Les deux excellents percussionnistes, Jérémie Abt et Bastian Pfefferli, ont repris des pièces des compositeurs emblématiques du théâtre musical comme le sont, entre autres, Georges Aperghis et Jean-Pierre Drouet, qui signe aussi la mise en scène. Ils ont ajouté des pièces traditionnelles iraniennes, qu’ils jouent au zarb avec une grande virtuosité.
Jeux scéniques, travail sur les matières, jeux vocaux à partir du langage, tous les ingrédients sont là pour que le public, petits et grands, soyons happés du début à la fin du spectacle, spectacle d’une grande variété et musicalité.
Et cela fait plaisir de revenir aux fondamentaux, car actuellement on confond le théâtre musical avec la comédie musicale.
Pour conclure, les échanges entre les artistes et le public nous ont montré l’intelligence et la curiosité fine des enfants, mise en éveil par des propositions qui ouvrent les chemins de l’imaginaire.
Suivez la programmation et précipitez-vous dès qu’ils passent, vous ne serez pas déçus.

brazbazar

Crédit photo@Sandrine Ligeret, Barbara Buchmann

Site : brazbazar / ---- / video

Centre Wallonie Bruxelles

Chaque année le Centre Wallonie Bruxelles propose une programmation pour les enfants, qui est toujours d’une grande qualité. Voici pour la St Nicolas, ce que nous avons pu voir.

Stoel, Cie Nyash

Spectacle de danse contemporaine à partir de 3 ans

stoel Ce soi-disant spectacle pour enfants est un spectacle tout public. Et les adultes sommes aussi éblouis que les enfants par la performance et la poésie de ces deux danseurs.
Dans un labyrinthe de chaises ils évoluent, jonglent, vont et viennent, jouent avec les notions d’équilibre, légèreté, construisent comme dans un jeu de lego, transforment l’espace.
Toute cette performance est empreinte de poésie, douceur, avec une belle énergie et on ne se lasse pas de regarder et de s’émouvoir.
Les enfants sont happés par cette ambiance de douceur, amplifiée par la voix et le violoncelle.
Une merveille.

Credit photo Alice Piemme

Prix de la Critique Théâtre et Danse 2016 dans la catégorie Jeune Public.
Prix de la Ministre de l’Enfance et coup de cœur de la presse, Rencontres de Huy 2015.

Un spectacle de Caroline Cornélis - Assistée par Marielle Morales
Créé avec et interprété par Miko Shimura et Colin Jolet
Direction musicale : Claire Goldfarb et Arne Van Dongen

Site stoel

Danielle

Cie de La Casquette

casquetteDes morceaux d’histoires d’une famille racontée de manière clownesque avec ses hauts et ses bas. Une envolée familiale délirante et vitaminée.
Entre ses parents à la relation tumultueuse, Danielle nous donne à voir sa vie comme elle la vit, comme elle la rêve.
Une comédie tragique, burlesque et sentimentale autour d'une famille voguant entre pur bonheur et grandes turbulences.

Crédit photo GillesDestexhe

Dans la presse

« Trio burlesque porté par la compagnie de la Casquette pour évoquer la relation parfois tumultueuse entre les parents et l’indécrottable optimisme d’une petite fille au milieu, qui rêve de recoller les morceaux. Coloré, outré, décalé, les sketchs sont vitaminés. Entre les disputes et les réconciliations, des pas de danse et un humour très slapstick font le lien ». Catherine Makereel , Le Soir.

Générique

Interprétation : Anne Beaupain, Zoé Coutentin, Luc Longton (Gérard Corbion à la création) – 
Texte : Isabelle Verlaine, Gérard Corbion avec la complicité de l'équipe  
Mise en scène : Isabelle Verlaine
Assistant à la mise en scène : Léopold Verlaine Corbion
Création éclairages : Isabelle Verlaine

05 décembre 2018 15:00
dès 6 ans
durée : 60 min

danielle

UNE FORÊT EN BOIS... CONSTRUIRE par la Compagnie La Mâchoire 36

Spectacle de théâtre d’objets à partir de 4 ans

foret foret

En entrant dans la salle nous sommes dans la forêt, avec un doux décor en bois.
Le comédien, déjà sur scène, ne parle pas. De temps en temps une voix off égrène une petite histoire, soit scande quelques mots clés.
Le comédien agit, mime, construit cabane et autres objets à partir d’éléments naturels, de temps en temps les objets en bois s’activent, des formes apparaissent.
Nous rentrons donc dans l’univers de ce personnage qui vit dans un environnement créé de ses mains, fait de bric et de broc, loin de notre société de consommation.
Une douce rêverie écologique.

foret

Crédit image Mathieu Rousseau

Fred Parison conception, jeu et manipulation
Phil Colin lumières
Estelle Charles Mise en scène 

Jusqu’au 25 novembre au Théâtre Dunois
Ensuite
du 8 au 10 janvier 2019 au Théâtre des Sablons à Neuilly sur Seine (92)
- du 15 au 18 janvier 2019 au Théâtre de La Méridienne à Lunéville (54)
- les 5 et 6 mars 2019 à La Passerelle à Rixheim (68)

Le site de la compagnie : lamachoire36


Les Bottes de Sept Lieues, par L'Ensemble Artifices

Spectacle jeune public à partir de 8 ans

bottesNous connaissons tous l’histoire du Petit Poucet. Mais nous ne savons pas qu’à la fin de la version de Charles Perrault, Poucet devient courrier du roi. Et c’est à partir de ce moment que l’ensemble Artifices bâtit son histoire, histoire riche en rebondissements.
Ce conte musical est mené avec une extraordinaire énergie par Jean-Denis MONORY , comédien qui joue plusieurs personnages, même celui d’une femme, donnant ainsi une époustouflante performance artistique.
Car non seulement les rôles sont très divers, mais il exécute tout seul un duo, utilisant ses deux profils, pour personnifier deux personnages aux caractères opposés, avec une incroyable virtuosité.
Alice JULIEN-LAFERRIÈRE est excellente comme violoniste, mais aussi comme comédienne. Elle joue le rôle de Fauvette, amie du Petit Poucet devenu courrier avec brio et agilité.
Elle est accompagnée au clavecin par Kazuya GUNJI, qui nous fait partager son art et sa virtuosité.
La mise en scène est très créative, utilisant l’espace de la salle et le rideau de fond de scène transparent pour un effet d’ombres.
Ainsi que la scénographie très sobre, mais qui permet au comédien de changer de rôle avec aisance, sans que l’on puisse le soupçonner.

credits photo Nicolas Maget

Avec

JEAN-DENIS MONORY comédien
ALICE JULIEN-LAFERRIÈRE violon
KAZUYA GUNJI clavecin
ARMELLE BOSSIÈRE texte/mise en scène
CLAIRE CHAVANNE scénographie
CAMILLE BODIN costumes
THIBAUT MURGUE création lumière
YANN DUPONT régie

Au Studio Raspail, à Paris, et ensuite …suivez la programmation.


Nils, par la La Compagnie Paule et Paule

battementEn entrant dans la salle de spectacles de l’espace Jemappes, à Paris, le public découvre une chambre d’enfant. Une mère raconte les aventures de Nils qui s’envole sur le dos d’une oie.
Librement inspiré du roman Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, de Selma Lagerlöf, cette histoire mènera le spectateur dans le rêve et la poésie.
Un mobile représentant l’oie s’envole, éclairé par une lampe de poche, les jeux de lumière réalisés par la comédienne sont tout en douceur. Et amènent les spectateurs dans des mondes lointains.
Presque sans paroles, la mère scande des sons, certains extraits de la Ursonate de Schwitters. Et de temps en temps les sons de la guitare électrique et le chant de la musicienne accompagnent le voyage.
A un moment un grand livre déploie ses images, images d’animaux familiers aux enfants, accompagnées des sons de l’animal respectif, à la grande joie des petits spectateurs.
Les sons accompagnent le voyage de l’oie, et composent une musique originale.
La comédienne est aussi danseuse, et délecte les spectateurs avec une magnifique danse de chat, réalisée avec beaucoup de grâce.
Vers la fin, sur un fond de mer, un rideau de bulles de savon rend l’ambiance légère et encore plus poétique si c’est possible.
Un spectacle où les sons, les couleurs, les ombres projetées, les mouvements, s’entremêlent dans un délicieux mélange féerique.

Écriture, mise en scène et jeu : Karen Fichelson Musique, chant et guitare électrique : Gisèle Pape

(A partir de 2 ans)


D'UN BATTEMENT D'AILES, par la Compagnie artefact

Jusqu’au 21 octobre

Texte de Catherine Verlaguet
Conception et mise en scène Philippe Boronad

battement battement Beaucoup de très jeunes enfants remplissaient la salle du Théâtre Dunois pour ce premier spectacle de la saison.

Un public attentif, captivé, qui rit à bon escient, et suit les aventures sans paroles d’un personnage qui erre dans un aéroport. Le décor vidéo s’anime, les projections remplissent la scène et la comédienne mime, chante, raconte sans raconter, dans une expérience sensible que les enfants s’approprient sans problème.
Au milieu de l’histoire un chat vient tenir compagnie, qui tente de s’envoler. Veut-il retrouver ce monde perdu ?
Le souhait de la compagnie est de raconter aux enfants la vie des migrants, et leur montrer que ces gens ressemblent à nous-mêmes.
Beau projet qui, même si n’est pas explicite pour de si jeunes spectateurs, laissera une trace à leur intérieur.
Ce spectacle se décline en deux versions : celle-ci pour les petits entre 3 et 6 ans et Envol, pour les plus grands. 

battement

Avec :

Michelle Cajolet-Couture interprétation
No Joke Studio dessin et animation
Nicolas Déflache création sonore
Nicolas Helle gestion d’interfaces multimédia et création lumière
Maxime Ghibaudo scénographie
Vincent Salucci régie générale
Damien Lambour régie son
Tiphaine Laubie assistante à la mise en scène
Sébastien Rocheron production et diffusion

haut de la page

ADEM 4 rue Lucie 94350 Villiers sur Marne 01 49 30 94 67 e-mail: association.adem@wanadoo.fr