nous avons vu

NOUS AVONS VU, récemment ...

par Cristina Agosti-Gherban

 

VITRINE 2017
Chansons et musique jeunes publics, à Bruxelles.

Je suis là, par la compagnie La croisée des chemins.

(Dès la naissance à 24 mois)

suis suis suis

Un après-midi au théâtre de Cachan, nous nous retrouvons au milieu de tout-petits et de leurs parents pour assister à un « spectacle ? » loin des règles établies. L’accueil se fait en douceur dans une salle destinée à cet effet. Quelques chaises et petits bancs disposés en rond attendent le public, qui s’installe pour laisser ses affaires et écouter les artistes qui expliqueront, presque personnellement et à voix très douce, le déroulement du spectacle. Pendant ce temps, les petits déambulent, déménagent avec plaisir les petits bancs, ou se lovent dans les bras de leurs parents. Consigne est donnée à ceux-ci de ne pas parler aux enfants et de les laisser libres de leurs mouvements.
Nous entrons ensuite, amenés par les artistes, au son d’une belle et douce chanson à trois voix, dans un autre espace où trône une structure construite avec quelques planches en bois, avec des découpes arrondies, et un violoncelle posé par terre sur le côté.
Nous sommes invités à déambuler librement, je m’angoisse pour le violoncelle mais aucun enfant ne va le toucher. Ensuite, les adultes nous asseyons tout autour de l’installation.
Les trois interprètes travaillent en douceur, la violoncelliste joue par moments de son violoncelle dans des positions invraisemblables, les danseuses acrobates explorent l’espace et toutes jouent avec la voix, créant des onomatopées qui font rire aux éclats quelques enfants.
Cette circulation des artistes dans l’espace permet aux petits une exploration libre, dans laquelle certains escaladeront la structure, joueront à cache-cache, s’arrêteront pour dialoguer sans paroles avec l’une ou l’autre des artistes.
A la fin de ce spectacle hors normes, personne ne se lève pour partir. Nous sommes sous le charme de cette ambiance douce, feutrée, dans laquelle il a été possible d’observer des enfants improviser, jouer, réagir, nous réservant beaucoup de surprises.

Idée originale :Delphine Sénard
De et par : Julie Mondor, Delphine Sénard etMarion Soyer
Création lumière : Jessy Piedfort Régie : Xavier Bernard-Jaoul Costumes : Delphine Sénard Scénographie : La Croisée des Chemins

site : lacroiseedeschemins

Le paysan et le dragon, Karolina Lundh

Spectacle de conte tout public à partir de 6 ans

paysan paysanDans un espace chaleureux et atypique, la galerie théâtrale "Le fil rouge, dans le 13ème arrondissement de Paris, deux comédiennes présentent, devant une assemblée majoritairement enfantine installée commodément sur des cousins, ce conte inspiré d’une légende de la ville de Cracovie.
Présenté dans un style moyenâgeux « oyez, oyez, braves gens », il est affaire de dragon, princesse, population, et malgré la méchanceté du dragon, tout est bien qui finit bien, comme il se doit.
Les deux comédiennes jouent, racontent, aidées de temps en temps par un joli kamishibaï, avec des moments musicaux très doux. Le jeu instrumental se fond dans le spectacle et crée de jolies ambiances.
Par moments, les comédiennes sollicitent la participation du public, en faisant circuler des objets. L’extase ultime; une pluie de petits papiers arrive !!!
Et tous, petits et grands, sommes repartis avec des étoiles dans les yeux.

Muances, par la Compagnie E.V.E.R

(Pour tous à partir de ans)

muances muances Comment définir ce spectacle ? Spectacle musical ? Théâtral ? « vidéostique » ?
En fait c’est tout cela et encore autre chose.
Des très bons musiciens multi-instrumentistes sont sur scène et jouent live, mais…sont-ils vraiment sur scène ? On est en droit de se poser la question, surtout au début du spectacle, quand la vidéo, qui est plus qu’une projection, envahit l’espace, prend du volume et englobe les gens sur son passage.
Emergent ci et là des voix, des projections d’entretiens, des gens connus et inconnus qui nous parlent de leurs vies, le tout se mêlant et entremêlant. Car oui, tous ces gens nous parlent d’humanité, dans un discours sans frontières qui touche l’être humain.
Du point de vue musical, la richesse est aussi grande. Richesse de styles, de formes, avec une grande virtuosité et musicalité. Nous sommes loin de ces spectacles où le son assourdissant assomme le spectateur. Ici, les musiciens voguent entre le très fort et le doux, avec une grande intelligence des nuances et des émotions.
Des voix, live ou pas, complètent ce voyage d’où nous sortons éblouis, émerveillés, comme venant d’un autre monde, grâce aussi à l’art éblouissant du vidéaste.

muances

Camille Rocailleux, Bertrand Blessing et Mathieu Ben Hassen musique et jeu
Benjamin Nesme  création vidéo et lumières
Thierry Pilleul régie générale
Clément Aubry régie son et vidéo

Au théâtre Dunois, jusqu’au au dimanche 4 février 2018

theatredunois

ET SI J’ETAIS MOI ! par la compagnie ACT 2

Tout Public à partir de 6 ans

moi moi moi

Sur scène un drôle de module, sorte de boîte à tiroirs, transformable, qui permet au début du spectacle de voir des formes par transparence. Formes étonnantes, énigmatiques, aquatiques, qui font penser à une naissance.
Peu à peu le module s’anime, des êtres apparaissent, disparaissent, des trappes s’ouvrent, et l’on voit les danseurs passer d’un espace à l’autre, dans un rythme endiablé.
Les trois danseurs déploient une immense énergie mise au service d’un spectacle poétique.
Ils racontent une histoire, leur histoire, qui est ou n’est pas la nôtre, car elle est suffisamment ouverte pour laisser de la place à notre imaginaire.
Effectivement, à la fin du spectacle, quand les artistes ont discuté avec le public, majoritairement composé d’enfants, ils ont donné leur propre lecture, d’une fraîcheur et d’une grande sensibilité.
Il faut souligner que les jeunes spectateurs ont suivi la représentation avec une grande attention ponctuée d’éclats de rire contagieux.
Un spectacle de qualité à la portée de tous, jeunes et adultes.

moi

crédits photo JulienSchmitt, BekOPhoto

Chorégraphie : Catherine Dreyfus en collaboration avec les interprètes
Danseurs : Mélodie Joinville ou Salima Nouidé / Gaétan Jamard ou Aniol Busquets Julià / Catherine Dreyfus ou Véronique Laugier
Lumières : Arnaud Poumarat
Musique : Stéphane Scott
Scénographie : Arnaud Poumarat
Costumes : Estelle Specklin / Mina Ly
Réalisation scénographie : Jean-François Sturm/ Les Ateliers de L’Opéra National du Rhin

site : act2-cie

Gigote et le dragon

Dans la salle du théâtre La Cachette dans le 13ème arrondissement de Paris, la Compagnie des Trois chardons propose, comme de coutume, un spectacle pour le jeune public, même très jeune.

gigotte gigotteC’est l’histoire d’une petite bergère, Gigotte, qui brûle d’envie d’entrer en relation avec le dragon récemment installé près de chez elle. Bravant, comme il se doit, l’interdiction parentale, elle se retrouve dans la forêt devant ce terrible dragon qui menace de la dévorer. Pour l’amadouer elle réagit comme Shéhérazade, et lui raconte des histoires.
Mais, est-ce que cette solution sera suffisante ? Pour le savoir il faut aller voir ce spectacle, qui est joué par des très jolies marionnettes auxquelles une comédienne donne vie et voix.

(A partir de 2 ans)

Jusqu’au 21 janvier

3chardons

Un air de... par Les extraverties

extra extraDans une jolie salle du cinéma le Trianon, de Sceaux, des petits et leurs parents ont pu assister à ce spectacle jeune public.
Les deux musiciennes raconteront une histoire sans paroles, rythmée par des beaux dessins du kamishibai et mise joliment en sons.
Carillons de pots de fleurs, jeux avec des appeaux, le panier et les poches de Martha recèlent plein de surprises sonores, l’une plus étonnante que l’autre.
Dans ce climat de douceur, qui a captivé les enfants, même des bébés dans les bras des parents, les deux musiciennes ont réuni leurs voix pour chanter, accompagnées à la guitare et quelquefois aux percussions.
Et, merveilleuse surprise, sous une pluie de plumes, pour symboliser la neige, le Père Noël est venu rendre visite aux enfants !!!

(Pour les enfants entre 3 mois et 4 ans)

Avec et d'après une idée originale de Martha Gavrielidis et Laurence Zamora.

Illustrations : Anne Sophie Pertegaz.

LA GUERRE DES BUISSONS par le Théâtre des 4 Mains

D’après le roman de Joke Van Leeuwen « Toen mijn vader een struik werd »
(Quand mon père est devenu un buisson)

Théâtre jeune public à partir de 7 ans

buisson Comment expliquer aux enfants ce qu’est la migration, la guerre, le déracinement ? tous des sujets de grande actualité.
Ce pari qui semble impossible, est réalisé dans ce spectacle avec douceur et sans tomber dans le didactisme.

C’est l’histoire d’une petite-fille de 7 ans dont le père (qui doit se déguiser en buisson, c’est-à-dire en tenue de camouflage) doit quitter sa pacifique fabrication de tartes aux amandes pour partir à la guerre. Toda reste avec sa grande mère qui l’envoie au loin chercher l’autre grand-mère. Elle part donc « là-bas » traversant des pays, sans bien comprendre ce qui se passe, se posant des questions : Comment distingue-t-on une frontière, comment les soldats peuvent se distinguer les uns des autres, si tous sont déguisés en buisson, comment faire pour comprendre les autres langues…
Au fil d’un voyage chaotique, elle arrive à des lieux plus accueillants. Un médecin qui parle une langue étrange (un français « bricolé », que nous comprenons) un orphelinat, une maison de retraite…
Ce qui est aussi fascinant dans ce spectacle est le décor.
Toda est une marionnette grandeur nature, manipulée à vue par deux adultes. D’une grande plasticité, son corps donne l’impression d’être vivant, tant il est souple.
Le décor est formé de castelets de différentes tailles, à des hauteurs diverses. Cette spatialisation permet de voyager dans le temps et dans les lieux.
Les personnages ont aussi des tailles diverses, et peuvent devenir tout-petits.
Et le travail des lumières donne de la profondeur et de la poésie.
Les jeunes spectateurs, un peu turbulents avant le début, ont suivi le spectacle dans un grand silence attentif. Et leurs remarques à la fin, lors d’un échange avec les artistes, montrent qu’ils ont été sensibles au propos de la pièce et, espérons-le, que celle-ci laissera des traces chez les citoyens en devenir qu’ils sont.
Comme on était au début du mois de décembre au Centre Wallonie-Bruxelles, Saint Nicolas s’est invité pour apporter des friandises aux enfants sages qui étaient dans la salle (ils ont tous été sages)

Mention du Jury des Rencontres de Théâtre Jeune Public de Huy 2017, pour la pertinence du propos et la qualité artistique & Coup de Cœur de la Presse

buisson buisson buisson

Photos – Ger Spendel

Distribution :
Adaptation et mise en scène : Jérôme Poncin
Interprétation : Anaïs Pétry, Marie-Odile Dupuis, Simon Wauters
Scénographie et marionnettes : Aurélie Deloche
Costumes : Margaux Vandervelden
Construction décors et régie : François De Myttenaere
Musiques : Gloria Boateng
Création éclairages : Loïc Scuttenaire
Photos : Ger Spendel
Affiche : Ian De Haes
Œil extérieur : Benoit de Leu de Cecil
Site : 4mains

Pierre et le loup chez Tim Burton...

Conte musical de Serguei Prokofiev

pierre pierre

pierre pierre

Dans la salle du Théâtre des Champs-Elysées, remplie d’enfants, parents et grands-parents, nous avons assisté à la représentation de ce conte bien connu et aimé de plusieurs générations d’enfants.
Il était joué par un très bon groupe de musiciens et, nouveauté, un décor s’ajoutait à la musique. Il s’agissait de dessins faits par des élèves d’une école, qui ont travaillé avec leur professeur de dessin à partir de l’univers du cinéaste Tim Burton.
Ils étaient projetés et mis en mouvement, ce qui rendait l’action, si besoin est, plus vivante, surtout pour les enfants d’aujourd’hui qui sont si habitués au monde des images. 
Un seul bémol. Pour introduire l’œuvre le conteur (très bon au demeurant) cherche désespérément un chef d’orchestre, et ne le trouvant pas il va le choisir dans le public. Et tout le remue ménage provoquée par cette action donne à la représentation des airs d’émission télé, avec tout ce qu'elle comporte de négatif.
A-t-on besoin de cela ? Car la suite a montré que le public est capable de suivre et d’apprécier l’ouvre pour elle-même. Et que le sortir de son cadre habituel en lui proposant un spectacle de qualité , comme c'est le cas ici une fois la parenthèse du prologue fermée, satisfait pleinement le rôle qui est celui de l'artiste.

Elliot Jenicot de la Comédie-Française, narrateur

Ensemble Les Dissonances
Anna Göckel & David Petrlik (violons), Léa Hennino (alto), Yan Levionnois (violoncelle), Antoine Sobczak (contrebasse), Guillaume Bellom (piano) , Rodolphe Théry (percussions)

Ensemble Ouranos
Amaury Viduvier (clarinette), Mathilde Calderini (flûte), Philibert Perrine (hautbois), Rafaël Angster (basson), Nicolas Ramez (cor)

Projection d’un diaporama réalisé par David Nolanavec les dessins des élèves de CM1 (2013-2014) de l’école Waldeck Rousseau aux Lilas.

LE PETIT BAIN, Cie Théâtre de Romette

(De 2 à 104 ans)

Au théâtre Dunois, jusqu’au 3 décembre

neige neigeSur scène un immense bloc de…neige ? Non !, c’est de la mousse.
Et cette mousse deviendra igloo dans lequel le danseur rentrera, bloc de sculpture, dans lequel il forgera toutes sortes de formes, énorme vague dans laquelle il se jettera, flocons de neige, quand elle sera jetée dans l’air…
Nous pourrions dire que c’est un travail sur la légèreté, tant le danseur comme la matière sont aériens.
D’émerveillement en émerveillement, le spectateur est happé du début à la fin du spectacle par cette magie poétique, rehaussée de temps en temps par les sons d’un violoncelle et d’un saxophone.
Féerique !

neige

Images ®JeanLouisFernandez

Conception et mise en scène : Johanny Bert
Collaboration artistique :Yan Raballand
Création de la pièce avec Remy Bénard et Samuel Watts (interprètes)
Interprètes (en alternance) : Remy Bénard, Manuel Gouffran, Samuel Watts 
Commande d’écriture du livret : Alexandra Lazarescou, Marie Nimier, Thomas Gornet
Création lumière et régie générale : Gilles Richard
Création sonore et régie : Simon Muller
Plasticienne : Judith Dubois
Costumes : Pétronille Salomé
Scénographie : Aurélie Thomas
Construction décor : Fabrice Coudert assisté de Eui-Suk Cho

theatrederomette
theatredunois

Crocodiles par La compagnie Barbès 35

D’après l’histoire vraie d’Enaiatollah Akbari :"Dans la mer il y a des crocodiles" de Fabio Geda 

crocodiles crocodiles

Cette histoire poignante est racontée dans l’intimité du théâtre Dunois, dont la scène a été aménagée spécialement pour accueillir le public. Dans un espace bifrontal, le comédien raconte l’histoire de l’enfant qu’il a été, qui a dû partir de chez lui, l’Afghanistan, chassé par les talibans.
Il raconte et fait vivre les périples de son voyage, qui dure cinq ans, à travers les pays, à la merci des trafiquants, les passeurs, les maîtres d’esclaves, sa traversée de la mer pour arriver en Grèce et en Italie, où il a trouvé, enfin, des gens accueillants qui se sont occupés de lui, jeune garçon de 16 ans.
Rémi Fortin, dans le rôle du jeune garçon est d’une grande force et douceur en même temps. Il mène son rôle avec beaucoup de pugnacité, seul pendant tout le spectacle.
Spectacle dans lequel les séquences filmées prennent une place très importante, comme un autre personnage, sur lequel s’appuie l’acteur.
Un moment magique est celui dans lequel il déploie une immense bande de papier scintillant, pour symboliser la mer, dans laquelle il finit par rentrer.
Une histoire qui montre l’envers du décor et fait vivre aux auditeurs une autre réalité que celle racontée par les médias.

crocodiles

Adaptation et mise en scène : Cendre Chassanne et Carole Guittat
Images : Mat Jacob / Tendance Flou
Montage : José Chidlovsky
Création Sonore : Edouard Alanio
Création lumière Sébastien Choriol.

avec Rémi Fortin

Images © CieBARBES35, © Mat Jacob_Tendance Floue

Pour tous dès 8 ans

comagniebarbes35

Nouchka et sa grande question, Serena Fisseau

nouchka Une petite fille au fond de la cour ne parle pas, se recroqueville sur elle-même.
Emprisonnée dans ses pourquoi, elle est le sujet des moqueries des autres, jusqu’au jour où la femme de ménage l’écoute et réagit avec empathie.
Pourquoi il n’est plus là, mon papa, dit la petite fille. Peu à peu la lumière revient et Nouchka taillera, dans la veste de son papa lacéré par ses camarades, des belles fleurs qu’elle leur offrira. Et quand arrive le moment d’être elle-même maman, sa fille portera le nom de cette femme de ménage qui a su l’écouter et la comprendre.
Ce sujet douloureux, qui fait partie de l’histoire personnelle de la chanteuse, est réalisé d’une façon pudique et poétique, sans donner lieu à une sensiblerie de pacotille.
Les chansons sont douces et belles, ne tombent jamais dans la mièvrerie, ce qui aurait pu être le piège. Elles sont portées par la voix chaude de Serena Fisseau qui a, en plus, un art consommé du mouvement. A certains moments on a l’impression qu’elle va s’envoler, tellement ses gestes sont aériens. Elle a aussi une très grande aisance en tant que comédienne, et nous tient en haleine du début à la fin.
L’accompagnement musical est sur la même tonalité. Un violoncelle qui joue en pizzicatti, sa voix s’unissant presque à celle de la chanteuse, et un percussionniste qui joue en finesse avec une grande recherche de timbres.
La mise en scène est très imaginative, avec un décor minimaliste, et une lumière qui sait créer l’illusion.
Un magnifique spectacle, qui touche autant les enfants que les adultes, adultes qui avons versé aussi quelques larmes.

Crédit images @ KFStudio157

Écriture :David Sire
Mise en scène : Olivier Prou
Scénographie, création lumières : Laurent Gachet
Composition : Samuel Strouk I Marionnette, balançoire : Cécile Faval
Création costumes : Gwen Grandjean

Avec : Serena Fisseau , écriture, chant, récit - Valentin Mussou , violoncelle, choeurs - Fred Soul , percussions, clavier, choeurs - Alan Le Dem , régie son - Jean-Baptiste de Tonquédec , régie lumières.

Un spectacle produit et diffusé par La Lune dans Les Pieds.

sites: lalunedanslespieds
lalunedanslespieds

Chut, mes lunettes ont un secret.

Spectacle musical de Vanessa Varon

chut chut chut

Roxane, une petite fille, rentre à l’hôpital pour se faire opérer des yeux, et elle a très peur. Elle est prise en charge par une méchante infirmière mais, par hasard, elle découvre que ses lunettes ont des pouvoirs magiques.
Le personnage du tableau fixé au mur s’anime et l’entraîne dans un magnifique voyage autour du monde.
Et nous voilà, nous spectateurs, embarqués avec Roxane, dans des aventures merveilleuses.
Les acteurs dansent et chantent sur une bande orchestre, avec une très grande aisance, dans une mise en scène et une chorégraphie fort jolies et bien réussies, sur des musiques entraînantes.
Beaux décors et belles lumières, complètent ce spectacle très réussi.
Une heure de plaisir, autant pour les enfants que pour les parents et les grands-parents super enthousiastes qui étaient dans le public.

Avec Sophie GIRARDON, Clément RAFFERTY, Marion BELHAMOU et Baptiste JUGE comédiens, chanteurs, danseurs
Pierre GRAD - Auteur / Compositeur / Interprète
Éric THÉOBALD - Metteur en scène
Mathias DELFAU – Vidéaste
Sophie JACOB – Scénographe
Florentine HOUDINIÈRE – Chorégraphe
Virginie H. – Costumière

(A partir de 3 ans)

Les samedis, dimanches et mercredis à 14h au Théâtre de la Pépinière - 7, rue Louis le Grand – 75002 Paris

theatrelapepiniere

La maison comptines

Spectacle musical par la compagnie Les archets à Babord.

(A partir de 1 an)

maison maison maison

Dans le « Mouchoir de poche » du 10ème arrondissement de Paris nous avons assisté, dans une petite salle très intime, à ce spectacle qui a ravi petits et grands.
Les musiciennes-comédiennes nous font suivre la vie des deux personnages : Violon et Alto.
Les différentes étapes de la journée sont jouées et chantées, avec beaucoup d’entrain. Du réveil jusqu’au sommeil, en passant par le bain, la cuisine et la chambre (aïe !) pas très bien rangée, tout est très adapté aux petits. Les chansons, certaines connues et d’autres écrites spécialement pour le spectacle, sont très jolies.
Le décor minimaliste, sorte de castelet qui change facilement grâce à des dispositifs très ingénieux, est d’une grande efficacité et permet de rire, mais aussi de rêver.
A la fin de l’histoire les deux instruments sont présentés d’une façon vivante et ludique, pour qu’on ne confonde plus l’alto avec son cousin le violon.

Avec : Nathalie PRIOT ( Alto) et Aurélie BERGEROT (Violon)

Texte : Rémy Schlemmer  •  Conception musicale : Nathalie Priot  •  Mise en scène : Marie-Christine Orry

Site de la compagnie : archets-a-babord

Max Vandervorst - L’orchestre de papier

par Martha Gavrielidis

maxJe m’installe dans la salle du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris. Mon voisin de spectacle visiblement un habitué, m’alerte : « Vous savez, les artistes ici…ils ont quelque chose de décalé… »
Max lui, est déjà en piste, assis derrière une table de travail. Mes enfants me demandent : « il est magicien ? ».
De temps à autre le chant d’un oiseau l’interrompt pendant qu’il découpe une feuille de papier.
Ce qui suit est époustouflant ! Max fait sonner non seulement d’incroyables instruments réalisés à partir d’objets du quotidien : des cithares, une basse folle sur laquelle Mick Jagger n’en finirait pas de se déhancher, mais aussi tout ce qui lui passe entre les doigts : des papiers, des livres … Ça chante, ça claque, ça sonne !
Ce spectacle va de surprises en surprises et la véritable claque c’est lorsque sous nos yeux, se dévoile l’harmonium jubilatoire. C’est un hommage à cette jubilation primitive que nous éprouvons à faire des sons ! Le public est conquis et l’artiste loin de nous décaler, nous remet dans notre axe primitif !
Max Vandervorst est un magicien qui sait faire résonner le monde!

photo Melisa Stein

haut de la page

ADEM 4 rue Lucie 94350 Villiers sur Marne 01 49 30 94 67 e-mail: association.adem@wanadoo.fr