nos autres sélections : cd | livres - cd | livres | coups de coeur

SELECTIONS LIVRES

décembre 2021 - février 2022

par Cristina Agosti - Gherban


Voici nos nouvelles sélections .
Vous pouvez commander les livres et les livres/CD chez votre libraire ou dans ces sites.

librairiesindependantes || leslibraires || lalibrairie || placedeslibraires

Bonne lecture et bonne écoute

LIVRES POUR ENFANTS

Le livre perdu,
Nathalie Wyss & Bernard Utz,
illustrations de Laurence Clément

On est perdus dans la forêt, dit le texte. On ne sait pas très bien qui parle, on imagine, car les images ne montrent pas les protagonistes. Elles montrent par contre des paysages aux superbes couleurs, des lieux quelquefois sombres ou inquiétants, des situations qui font peur. On entend des sons étranges, des sorcières, peut-être, ou des loups…
Le jeune lecteur est amené à bouger, à se cacher, à faire des sons…
Ce serait dommage de perdre ce livre, car il donne beaucoup d’idées aux adultes pour jouer avec leurs enfants.

(Dès 4 ans)

Helvetiq 

L’heure rouge, Marie-Astrid Bailly-Maître, Illustrations d’Antoine Guilloppé

Mina la souris a rendez-vous avec le loup, à l’heure des ombres rouges. C’est bien étrange, une souris et un loup amis. Mais c’est ainsi. Ils aiment jouer ensemble pour créer des ombres chinoises, des formes d’animaux épatants. Et c’est ainsi qu’ils se retrouvent une et autre fois. C’est une jolie histoire pour montrer comment deux êtres si différents peuvent se retrouver dans le partage d’une même passion. Le texte est écrit avec une grande douceur, et est illustré avec beaucoup de délicatesse.

(Dès 4 ans)

Tom Poche éditions 

La petite musique de la vie, Louis Thomas

Un compositeur est assis à son bureau avec l’intention d’écrire une symphonie. Mais le temps passe et rien à faire, pas d’inspiration.
Jusqu’au moment où il entend son chat laper, une goutte tomber, et peu à peu il commence à intégrer tous les sons qu’il entend. Quelqu’un qui passe à vélo, un oiseau, une promenade au parc lui fait entendre d’autres. Peu à peu sa feuille se remplit et il est très content. C’est la musique de la vie.
Belle histoire pour faire prendre conscience de tous les sons qui nous entourent, et que l’organisation de ces sons peut devenir musique . Elle est rehaussée par des belles illustrations.

(Dès 3 ans)

kimane

Léna les pois bleus, Hal Collomb.

Dans un pays lointain, tout était noir, blanc ou gris. Les habitants pouvaient être noirs avec des taches blanches ou le contraire. Et toutes les déclinaisons de ces couleurs étaient possibles.
Un jour une femme accouche de 6 garçons « dans les normes », mais la septième est une fille jaune avec des pois bleus.
Tous sont consternés, se moquent d’elle, lui tournent le dos, sauf sa maman qui essaie de faire comprendre aux autres qu’il faut accepter la différence.
Léna est si triste qu’elle part. Elle rencontre des situations diverses, dont un médecin qui veut la guérir. De quoi ? dit-elle, elle n’est pas malade.
Après beaucoup de pérégrinations elle arrive dans un pays coloré où les enfants croient qu’elle est une princesse. Elle est admirée et en fin de compte acceptée.
Cette jolie histoire est illustrée par Françoise Aylé-Martin, d’abord en gris et noir, et devient de plus en plus colorée au fil des pages.
Elle fait partie du répertoire de la Compagnie de l’épouvantail, dont nous chroniquons le CD Bulle Balle Bulle dans nos COUPS DE CŒUR.

(Dès 5 ans)

Compagnie de l’épouvantail :

Marcelle et les cigognes, Myriam Raccah

Cet album sans texte, raconte l’histoire d’un voyage, ou plutôt, des voyages. Celui de Marcelle, qui a fini par s’arrêter, et celui des cigognes, dans leurs migrations.
Au fil des doubles pages, une par mois, défilent les saisons et avec elles les différentes étapes de la vie…de Marcelle et des cigognes.
Illustré avec des couleurs franches et des formes assez géométriques, ce livre invite à mettre des mots, à chanter, à dessiner, à rêver.
La couverture de l’ouvrage se déplie pour se transformer en une carte de la migration des cigognes.

(Dès 3 ans)

Les fourmis rouges :

La princesse qui voulait devenir générale, Sophie Bienvenu

Dans un lointain royaume vit un roi très autoritaire, qui a deux enfants. Emma, une fille qui veut devenir générale et son frère, qui veut être danseuse.
Cela ne se fait pas ! dit le roi. Et d’ailleurs, pourquoi avoir un général, puisque nous ne sommes pas en guerre ?
Emma part donc à la recherche de peuples à qui déclarer la guerre. Et ne trouve que des gens qui se font la guerre entre eux, mais qui l’accueillent avec bienveillance et décident de s’unir pour l’aider. Ils déclarent la guerre au roi (le père d’Emma) qui finit par fuir, laissant le trône à son fils, qui entre-temps est tombé amoureux du fils de l’un des rois d’un autre pays.
Tout ceci paraît complexe, mais l’écriture est fluide, et parle de ces sujets graves avec beaucoup d’humour. C’est aussi une belle lecture pour aborder des notions comme l’homosexualité, qui est traitée avec beaucoup de délicatesse, et un plaidoyer pour l’amitié entre les peuples.
Les illustrations de Camille Pomerlo sont suggestives et imaginatives
A lire en famille.

(Dès 8 ans)

Alice éditions 

Le grand livre des records de l’art,
Eva Bensard et Charlotte Molas

Voici un album qui fait une traversée des siècles à travers l’art. Commençant avec les premières œuvres d’art connues, dans la grotte de Blombos, en Afrique du Sud, il y a 73000 ans, le périple nous fait découvrir la peinture dans les grottes, les premières poteries en Chine, il y a 1800 ans, les premières statuettes découvertes. L’archéologie fournit quantité d’informations, que ce soit les ruines de Pompéi ou de Machu Picchu, le tombeau de Toutânkhamon, etc.
Plus proches de nous, les plus grandes statues, des ouvrages monumentaux, et en vrai livre des records il est possible de voir les plus grands monuments religieux, les plus grands scandales de l’histoire de l’art, etc.
A chaque fois les explications sont claires, faciles à lire et très instructives.
Un livre intéressant, avec une belle iconographie, même si les couleurs sont un peu ternes, qui avec pédagogie amène les enfants à la découverte de l’art.

(Dès 6 ans)

Dada 

Mais j’ai croisé, Agnès de Lestrade

Un petit garçon dit à son papa qu’il est en retard car il a croisé…un bœuf qui couvait un œuf, un escargot qui faisait du vélo…et encore d’autres trouvailles surréalistes dans le même genre. Après cette énumération, le papa lui demande s’il n’a pas croisé le crabe bleu qui fait les gros yeux quand on fait attendre son papa.
C’est frais, avec des illustrations drôles qui utilisent le texte au premier degré, dues à Joao de Carvalho

(Dès 3 ans)

L’atelier du poisson soluble 

La pré histoire de Boucle d’or, Paule Battault

Nous connaissons tous l’histoire de Boucle d’or. Mais, que s’est-il passé avant d’arriver à la maison des trois ours ? Et la voilà qu’elle va se promener et se réfugier tour à tour dans une maison trop petite, ou trop grande, ou trop froide ou… Ce sont en fait les maisons de personnages d’autres contes qui entrent ici en scène. La reine des neiges, Hansel et Gretel et leur maison en pain d’épice, ou celle de la grand-mère du petit chaperon rouge, entre autres. Et, pour le plus grand plaisir des enfants, des rabats permettent de voir l’intérieur des maisons. C’est magnifique !
Les illustrations de Géraldine Cosneau, douces, délicates, joyeuses, assez graphiques, donnent envie d’aller se promener dans toutes ces maisons de contes de fées.

(Dès 3 ans)

Casterman 

Yoga pour enfants. Postures animales, Leila Kadri Oostendorp

Ce joli livre pourra faire entrer les enfants dans la pratique du yoga.
Dans ce monde où tout se précipite, il est important de pouvoir prendre conscience de son corps, de sa respiration, pour ressentir un plus grand bien être.
Expliqué d’une façon claire et imagée, l’ouvrage possède des illustrations magnifiques, ainsi que des schémas des postures, réalisées par Elsa Mroziewicz, et qui aident à mieux comprendre le propos et à ressentir encore plus de plaisir.
Des conseils pour les parents feront de cette expérience un vrai travail en famille.
Un poster avec les différentes postures joint le livre, et fera le bonheur des enfants qui pourront l’exposer dans leurs chambres.

(Dès 7 ans)

Cipango

Dans le ventre du loup, Thomas Scotto

Voici revisitée l’histoire du loup qui avale une petite fille. Petite fille qui retrouve dans le ventre du loup plein d’autres « avalés ». Elle essaye de résister, et les autres lui disent de se calmer, qu’elle va énerver le loup. Le temps passe, et peu à peu, tous se rendent compte qu’ils ne pourront pas continuer comme ça. La petite fille commence à sauter et à crier, pour embêter le loup, et peu à peu tous les avalés s’y mettent. Le résultat est qu’ils obtiennent victoire et sont rejetés du ventre du loup.
Cette belle allégorie montre qu’il ne faut pas se laisser abattre et que l’union fait la force.
Les illustrations de Carmen Mok, aux couleurs éclatantes et aux personnages expressifs, rendent l’histoire encore plus prenante.

(Dès 3 ans)

Editions d²eux 

Zhu et la perle d’eau, Didier Dufresne

Inspirée d’un conte traditionnel chinois, cette histoire raconte comment le feu est descendu un jour dans la vallée détruisant tout et obligeant les habitants à se réfugier ailleurs, où sévissait la sécheresse.
La jeune Zhu entend parler de la « perle d’eau » qui, seule, peut éteindre le feu. Elle décide d’aller la chercher, accompagnée de sa sittelle apprivoisée, et d’affronter l’araignée géante et maléfique qui la garde.
Après des péripéties que nous ne dévoilerons pas, elle réussit, le feu est éteint et la vie reprend.
Cette histoire qui dévoile le courage d’une jeune fille déterminée, est illustrée avec des couleurs éblouissantes et une grande sensibilité par Marion Sonet.

(Dès 3 ans)

Un chat la nuit éditions 

Une histoire de la musique pour les enfants,
Mary Richards et David Schweitzer

Avec cet ouvrage les enfants (et pourquoi pas les adultes) auront une vue d’ensemble du fait musical, dans sa grande diversité.
Qu’est-ce qu’est la musique ? Vaste sujet. En le lisant il sera possible de voir la différence entre son et bruit, du point de vue acoustique mais aussi psychologique. Les types de musiques selon les époques et les lieux, depuis la préhistoire, les moyens pour en faire (instruments, composition, improvisation), comment elle s’écrit et se transmet, en commençant par les neumes, ou encore où et comment écouter de la musique. Cette énumération est restrictive, car chaque thème est développé de façon passionnante.
Des pistes d’écoute permettent d’exemplifier le propos.
Les illustrations de Rose Blake mettent en scène ce texte simple et touffu à la fois.

(Pour tous à partir de 9 ans)

Seuil Jeunesse 

Chez Gallimard jeunesse :

gallimard

Compte les animaux avec Marguerite, Margueritte Courtieux.

Dans ce joli album, les illustrations jouent le rôle principal. Car il s’agit d’animaux qui vont paraître, sur chaque page, pour que l’on puisse les compter. On commence avec une baleine bleue, qui occupe la page, et au fur et à mesure, les pages se rempliront de plus en plus, jusqu’à la ronde finale composée de 20 coléoptères.
Dans chaque page, mis à part le fait de compter les animaux, sont proposées de petites devinettes.
C’est une façon amusante d’apprendre à compter. Certaines devinettes sont plus adaptées aux enfants plus âgés, mais tous trouveront leur bonheur.

(Dès 3 ans)

Tous à l’Opéra, Béatrice Fontanel

Pour tout savoir (ou presque) sur l’Opéra, ce livre interactif permet une approche intelligente, vivante et ludique.
Avec des textes courts, sont abordées différentes facettes de ce qu’est un opéra, que ce soit musicalement (les voix, l’orchestre, les compositeurs, les chœurs, l’orchestre, les danseurs, le chef) ou du bâtiment, qui recèle de nombreux mystères. On décortique, comme des pièces d’un puzzle, tout ce qui contribue à la réussite. Les différents métiers (accessoiriste, costumier, metteur en scène, régisseur, etc.), mais aussi le « ventre » de l’édifice, avec ses machines, ses effets spéciaux…
L’ouvrage est parsemé de quiz, jeux et autres activités, avec des liens interactifs audio et vidéo.
C’est un projet à l’initiative de la Réunion des opéras de France et de Gallimard Jeunesse.

(Dès 7 ans)

Chez La Martinière Jeunesse :

editionsdelamartiniere

Brassens, ses plus belles chansons illustrées

A l’occasion du centenaire de la naissance et le quarantenaire de sa mort, 14 artistes se sont réunis pour illustrer quelques-unes de ses chansons les plus connues.
Se trouvent donc Le petit cheval, Les amoureux du banc public, Chanson pour l’auvergnat, L’Ogre et bien d’autres.
Nous ne pouvons pas citer tous les illustrateurs, mais l’intérêt de cette démarche est de voir les différentes propositions, toutes très intéressantes, selon la personnalité de chacun.
Un code permet de découvrir ou de redécouvrir les plus beaux titres de cet artiste qui a marqué son époque.

(Pour tous à partir de 3 ans)

Dans mon sourire, Jo Witek,
illustrations Christine Roussey

En fermant ce livre vous saurez tout sur le sourire. Le sourire timide, l’éclatant, le forcé, le rêveur…
Et le plus beau, dans ce livre, est la couverture dans laquelle il y a une découpe en forme de sourire que l’on retrouve différente et plus petite au fil des pages. En les tournant on a le sourire !

(Dès 3 ans)

Chez les éditions Voce Verso :

voceverso

Le grand bougaloup, Emilie Le Menn

Le terrible Bougaloup est si grand que seules ses jambes sortent des nuages. Il dévore tout ce qu’il voit et d’un royaume paisible et beau, il ne reste plus rien après son passage. Ni des êtres vivants, ni des rivières, car il en boit toute l’eau. Mais puisqu’il ne reste plus rien à manger, il commence à dépérir et, comprenant qu’il va mourir, se met à pleurer. Ses larmes, vous l’aurez compris, commencent à former un océan dans lequel apparaît une petite grande mère sur un radeau. C’était la seule survivante. Bougaloup n’ayant plus de force pour la manger, elle grimpe tranquillement jusqu’à sa tête et se met à le caresser pour l’apaiser. Ensuite, elle sème quelques graines qu’elle avait pu sauver. Peu à peu Bougaloup meurt et aussi la petite vielle. Des siècles plus tard, l’endroit est redevenu une contrée verdoyante où la vie a repris comme auparavant.
Cette histoire, malgré le personnage terrifiant, dégage une grande douceur, par la finesse du texte et l’incroyable délicatesse des illustrations d’Andrea Espier, qui nous fait pénétrer doucement dans l’ambiance du conte.

(Dès 5 ans)

Bleue, Marie-France Zerolo

Un enfant lit le soir dans sa chambre et ressent des picotements dans son corps. Au bout de ses bras ont poussé des plumes, et des griffes à ses pieds. Quand il a voulu parler, un chant est sorti de sa gorge.
Il s’est envolé par la fenêtre ouverte, dans le ciel bleu où il a joué toute la journée avec les nuages. La nuit tombée, il a commencé à avoir peur, il est rentré dans sa chambre, dans son nid douillet, et le lendemain matin il était redevenu comme avant.
Belle rêverie que celle de cet enfant, que nous suivons dans son voyage imaginaire, accompagnés par les illustrations de Céline Azorin, qui nous plongent dans du bleu.

(Dès 4 ans)

Chez La joie de lire :

lajoiedelire

Roland Léléfan : l’artiste à la Villa Médicis, Louise Mezel

Dans une nouvelle aventure de cet éléphant si particulier, il se retrouve à la Villa Médicis, à Rome. Au fil des pages nous allons découvrir avec lui les secrets que la villa recèle, les canalisations datant de l’époque romaine et qui alimentaient toute la ville, les sculptures et, ô surprise ! les pensionnaires qui l’habitent.
L’artiste Louise Mezel joue avec les traits, les couleurs, les formes, rendant cette promenade passionnante.

(Dès 5 ans)

Acrobaties, Laëtitia Devernay

Nous avions adoré son Diapason, ouvrage très musical. Acrobaties rappelle certains principes, mais part dans des histoires colorées et luxuriantes. Sans paroles, l’auteure réussit, comme toujours, à créer un tourbillon de formes et de couleurs. Cette fois-ci ce sont les rouges et les bleus qui s’affrontent, dans une impossible cohabitation. Et devant nos yeux éblouis , les acrobates font des incroyables prouesses.
Le livre est parsemé de ronds percés selon un principe de découpe au laser. Et ils permettent d’entrevoir d’autres situations.
Un livre à mettre en musique.

(Dès 6 ans)

Chez Usborne :

usborne

Contes de filles intrépides et incroyables
du monde entier,
contes revisités par plusieurs auteurs.

Dans ces 9 contes adaptés de textes traditionnels de différents pays, le point commun est d’avoir une femme comme personnage principal, ayant toutes les qualités souvent attribuées à des hommes.
Force, courage, intelligence, ruse. Nos héroïnes savent déjouer des pièges, résoudre des problèmes soi-disant insolubles, gagner des batailles, tuer des dragons….
Ces histoires, racontées avec une grande finesse, donnent envie d’en lire d’autres.
Elles sont illustrées par plusieurs artistes, qui ont comme point commun l’usage des couleurs vives et flamboyantes et de savoir synthétiser les points importants du conte.

(Dès 6 ans)

Fables pour les petits d’après Esope,
adaptation Susana Davidson.

Voici des fables d’Esope qui ont l’air bien connu. Car Le lièvre et la tortue, Le corbeau et le renard et autres cigales et fourmis sont des personnages familiers grâce à Jean de La Fontaine.
Et c’est normal, car cet auteur dont on fête les 400 ans de sa naissance, s’en est inspiré pour écrire ses fameuses fables.
La mise en page est très avenante, adaptée pour les petits, car ce sont des doubles pages avec des illustrations parlantes, avec peu de texte, qui est souvent reparti entre les personnages.
L’illustrateur, John Joven, fait preuve de beaucoup d’imagination et d’humour, pour présenter les différentes situations.
Et…surprise agréable, la fourmi, à la fin de l’histoire, invite la cigale à venir chez elle se réchauffer, et à réfléchir que l’on ne peut pas chanter tout l’été. Plus humaine que celle de La Fontaine !

Drôles de singes, Felicity Brooks

Deux adorables petits singes sont troués dans toute l’épaisseur du livre. Pourquoi ? Pour pouvoir y passer les doigts tout en racontant l’histoire. Une histoire simple, bien sûr, mais qui permettra aux petits de jouer avec les images et leurs doigts.

(Dès 1 an)

Pouvons-nous aider les ours polaires ?, Katie Daynes

Des ours polaires envoient une lettre à des enfants en leur disant qu’ils vont venir les visiter car ils ont besoin de leur aide.
Les enfants les accueillent gentiment, et demandent quel est le problème. Ils parlent alors du réchauffement, de la fonte des glaces, etc. Peu à peu une conversation s’engage, les enfants demandant des causes et tous ensemble cherchant des solutions.
Ecrit simplement, à hauteur d’enfant, cet ouvrage montre en profondeur les problèmes du dérèglement climatique.
Roisin Hahessy illustre avec les propos d’une façon drôle, sympathique, mais qui, néanmoins, montre la gravité de la question.
Un ouvrage qui pourra susciter des échanges en famille, pour que tous, petits et grands, prennent conscience de ce problème majeur.

(Dès 6 ans)


LIVRES SONORES

Ne chatouille pas l’ours blanc !
Sam Taplin, illustrations de Ana Laarrañaga.

Voici une formidable idée. Joindre le toucher à l’ouïe. Car, en caressant chaque animal, on pourra sentir différentes textures et si on « allume » le son, entendre en même temps le cri de l’animal qui est déclenché par l’acte de toucher. C’est une caresse sonore.
Une belle rencontre, toute en douceur, pour les tout-petits.

(Dès 1 an)

Usborne 

JEUX

Le Début-Go,
(des jeux pour enfants d’après les principes du Go),
Jean-Louis Mohand Paul

Un coffret avec les jeu et un livre explicatif.

Le Go est un jeu japonais dont la pratique est courante. C’est-à-dire que les enfants sont habitués à voir les adultes jouer et acquièrent les rudiments.
Mais avec ce livre il sera possible, même si l’on ne connaît absolument rien à ce jeu, de s’initier, de le comprendre et d’avancer.
Le présent manuel explique, de façon claire et précise, comment jouer, en augmentant au fur et mesure la difficulté.
C’est un jeu intéressant à faire avec les enfants, car il développe le sens de l’espace, de la tactique, du calcul mental, et plus tard, de la stratégie.

(Dès 6/7 ans)

Editions Ressouvenances 

Le jeu des sept familles d’aujourd’hui

Dans son désir de s’adapter à la société actuelle et de sortir des sentiers battus, cet éditeur, bien connu pour ses réalisations de livres/CD basés sur le métissage des cultures et des musiques, propose un jeu de sept familles.
Mais ce ne sont pas les familles traditionnelles qui y sont représentées, mais des familles qui ressemblent à tous les cas de figure que l’on peut trouver aujourd’hui, pour que tous les enfants puissent s’identifier.
Une fois les familles reconstituées, apparaissent des scènes de la vie quotidienne autres que celles auxquelles nous sommes habitués.
Ce jeu a été imaginé par l’association « Le jeu pour tous » et une classe de CE2 de Cergy. Il est illustré par les Mamouchkas, composé par Laura et Julie Guéry.

Lacaza éditions 


LIVRES POUR ADULTES

Je ne souffle pas, je chante, Morgane Raoux

L’histoire de cette jeune femme sort des sentiers communs…malgré elle, pourrions-nous dire. Petite fille, elle découvre la musique à l’école et la clarinette lors d’un concert. Ca deviendra sa passion et elle fera tout pour devenir clarinettiste professionnelle.
Le sort lui sourit, elle réussit à intégrer le Conservatoire National Supérieur de Paris, d’où elle sort avec des prix, et après beaucoup d’expériences diverses, elle finit par intégrer un orchestre prestigieux. Mais, pendant un concert, elle est prise d’un gros malaise, et le diagnostic tombe. Pneumothorax, décollement du poumon, ce qui entraîne l’impossibilité de souffler et donc de faire de la clarinette.
Morgane Raoux raconte sa vie de petite fille, ses expériences et découvertes musicales, et ses déboires de santé avec tranquillité, sans tomber dans l’auto compassion. C’est plutôt le lecteur qui s’apitoie sur son sort.
Mais elle rebondit et commence à écrire et à faire des spectacles musicaux pour enfants. Elle devient Mademoiselle clarinette, car tout doucement, sans forcer, elle reprend son instrument qu’elle ne peut pas quitter totalement.
C’est une belle histoire, émouvante, écrite avec fraîcheur et authenticité, qui se dévore en une soirée.

Editions Michalon 

Hérissons, lapins bleus, grenouilles et autres bêtises.
Abécédaire de la chanson jeune public,
Nicolas Céléguégne.

Nicolas Céléguégne est auteur de chansons et de livres, ancien animateur, éducateur et formateur. Il côtoie la chanson jeune public depuis très longtemps, s’y est intéressé et a une connaissance profonde.
Dans la première partie de l’ouvrage il fait un abécédaire des auteurs, connus ou moins connus, qui l’ont marquée. Et force est de constater qu’ils sont nombreux et que la connaissance de l’auteur est encyclopédique !
De lettre en lettre nous traversons les époques, et cette traversée est très utile pour se remémorer des artistes formidables qui quelquefois tombent dans l’oubli.

En deuxième partie, il propose une enquête faite auprès de plusieurs auteurs-compositeurs-interprètes, d’un diffuseur et d’une intervenante en milieu scolaire. La question était de savoir s’il y a un répertoire jeune public. Les réponses sont diverses, évidemment, mais posent des jalons pour une réflexion.
Une autre question importante qui est débattue : quelle est la recette d’une chanson pour enfants, Vaste sujet autour de l’importance de la musique et du texte et de la suprématie de l’un sur l’autre.
Et la dernière, très intéressante, est de savoir quelles sont les sources d’inspiration des uns et des autres.
Des « intermèdes permettent de questionner une personne sur un sujet précis. En l’occurrence Louis Bricard, découvreur de talents, Daniel Baume, professeur de collège à Marseille que mène depuis longtemps des expériences d’écriture de chansons avec les élèves.
Une petite bibliographie sitographie complète cet ouvrage passionnant pour tous ceux qui s’intéressent à la chanson.

Autoédité

L’école maternelle face à ses enjeux.
(Créer les conditions de l’égalité),
sous la direction de Christine Passerieux

L’école maternelle française, si louée auparavant et citée en exemple à travers le monde, est devenue au fil du temps et des réformes, une préparation au CP. Axée actuellement sur les dits « fondamentaux » (lire-écrire-compter) les nouveaux programmes oublient que l’enfant n’est pas un récipient que l’on peut remplir, mais un être en formation, qu’il y a des étapes dans l’apprentissage qui doivent tenir compte de sa maturation. Maturation que n’est pas linéaire, et qui n’est pas la même pour tous les enfants.
Les auteurs de cet ouvrage sont une ancienne inspectrice, des enseignantes en école maternelle, une conseillère pédagogique, des enseignantes chercheuses, un ancien conseiller départemental EPS. C’est donc des gens avec une solide expérience sur le terrain et une réflexion puissante et qui travaillent pour créer une vraie égalité entre les enfants.
A partir de travaux de psychologues et autres, il est possible de voir comment amener les enfants à construire leurs savoirs, en les guidant avec intelligence dans le respect de la personnalité et du stade de développement de chacun. Car si les bases ne sont pas solides, les apprentissages, même s’ils ont l’air d’être acquis, ne seront pas enracinés et leur poseront des problèmes pour la suite.
Des expériences d’apprentissage de la parole, avec des échanges, des jeux, etc., sans imposer une aberrante liste de mots à savoir, un travail très intéressant sur l’approche des mathématiques et des activités corporelles (EPS) qui ne se réduisent pas à des performances physiques mais englobent un travail sur l’espace, la représentation mentale, la collaboration avec les pairs, etc., amènent à réfléchir aux dérives de ces nouvelles directives qui ne font que creuser l’écart des enfants des milieux défavorisés.

Les éditions de l’atelier 

Comment l’école reproduit-elle les inégalités,
Sébastien Goudeau

L’auteur, chercheur en psychologie sociale, montre dans ce petit livre comment les inégalités se forment et se creusent partant souvent de postulats erronés.
Beaucoup de ce qu’il dit n’est pas nouveau, mais il a le mérite de faire tomber certaines idées communément véhiculées comme l’origine génétique des écarts de performances individuelles, et surtout la théorie du handicap culturel et de classe.
Des travaux en psychologie sociale, notamment anglais, montrent comment l’évaluation peut créer des inégalités, selon la façon dont les attentes sont formulées, ainsi que des stéréotypes négatifs.
Dans des contextes concurrentiels les élèves de classes populaires ont de mauvais résultats. Mais si les mêmes questions sont posées dans une ambiance sereine et sans enjeux, ils ont les mêmes résultats que les autres élèves.
Ces écarts se produisent dès la maternelle, car soi-disant les enfants n’ont pas les codes, mais les enseignants, même inconsciemment, encouragent un type de résultat, au détriment des savoirs et connaissances nos scolaires, mais non moins intéressantes, des élèves des classes populaires ou issus de l’immigration.
Cet ouvrage est une pierre solide dans la construction d’une pensée pédagogique constructive.

Presses universitaires de Grenoble- UGA Editions 

Un public mosaïque
(A la découverte des spectateurs de la musique symphonique),
Xavier Zunigo et Loup Wolff

Qui est le public qui assiste aux concerts de musique symphonique ?
Les auteurs, sociologues, ont mené une longue recherche pour approfondir ce sujet. Les conclusions sont intéressantes, car elles sortent des schémas mentaux qui nous avons généralement : public âgé, de classe sociale aisée, etc.
Etudiant le sujet sur des angles divers, il est possible de voir que ce public n’est pas monolithique. Et que les classes populaires y assistent, de façons diverses. En ce qui concerne l’âge, même si la constatation que ce sont les personnes âgées qui y assistent principalement, il y a une percée des jeunes.
Les auteurs émettent des hypothèses, et font voir que l’assistance à ce type de concerts peut revêtir d’autres formes que celles dont on pense de prime abord (concerts dans le cadre de l’école, de l’église, des petits spectacles villageois, etc.)
Ils font aussi une analyse de la façon dont les gens deviennent spectateurs.
Une lecture très intéressante pour tous ceux qui s’occupent de culture.

Editions l’Attribut 

Chemins de liberté, Yves Duteil

Nous avons chroniqué il y a quelques mois l’album des 4 CD, compilation de chansons d’une vie.
Yves Duteil a commencé par l’écriture du livre, et a ressenti ensuite le besoin de rééditer les chansons. Nous avons suivi le chemin contraire : l’écoute du CD nous a donné envie de lire le livre.
Souvenirs d’une vie, avec les rencontres des grands noms de la chanson française ( Brassens, Mireille, Juliette Gréco, Véronique Sanson, Barbara, Alain Souchon…) mais aussi d’autres types d’engagements en tant que citoyen. Maire pendant 25 ans d’un petit village, dans lequel il s’est investi en défense des valeurs écologiques, humanitaires, créant une école à Pondichéry pour des enfants défavorisés, il nous fait part aussi de sa fascination pour la personnalité de Jacques Chirac, dont il est devenu l’ami.
Dévoilant avec beaucoup de pudeur des aspects intimes de sa vie, cette lecture permet de voir l’homme au-delà de l’artiste.

L’Archipel 

Chez Ressouvenances :

ressouvenances

Deux ouvrages de Vincent Vergone

Libre Jardin d’enfants (Vivre et penser une culture naturelle)

Enfants par nature. Pour une écosophie du premier âge

Vincent Vergogne est artiste : sculpteur, marionnettiste, homme de culture et…plusieurs autres choses, il milite pour l’accès à la culture pour tous, en faisant un lien entre culture et nature.
S’inspirant des travaux de Gilles Clément, il raconte la création, avec d’autres artistes, d’une structure, « La mirabilia », lieu magique, sorte de caverne d’Ali Baba enchantée, où les sons, les matières, les gestes sont là, et parents et enfants peuvent s’en servir en toute liberté.
La lecture de ces deux ouvrages plonge le lecteur dans des expériences de création faites avec les tout-petits en crèche. Immersion de l’artiste, pas toujours bien comprise, quand on cherche un produit fini palpable et compréhensible.
Car la liberté est le maître mot de sa démarche, qui s’accompagne d’une réflexion philosophique (Hannah Arendt étant souvent citée comme une des références fondamentales) mais aussi écologique et sociale. Il critique la séparation entre culture et nature, la toute-puissance de la société de consommation, la massification des pratiques, la mise à mort de toute spontanéité.
Il s’intègre dans le mouvement d’écosophie, qui fait prendre conscience que l’homme ne se situe pas au sommet de la hiérarchie du vivant, mais qui s’inscrit dans l’écosphère, en y faisant partie.
C’est un ouvrage qui ouvre de nombreuses pistes de réflexion.

Chez Erès :

editions-eres

Les enfants violents, Mélanie Georgelin

L’auteure, psychologue clinicienne et docteure en psychopathologie, rend compte dans cet ouvrage de son travail en ITEP auprès d’enfants âgés de 6 à 12 ans.
Décrivant avec minutie certaines thérapies, elle donne à voir la difficulté de la tâche, mais aussi l’attachement que l’on peut ressentir pour ces enfants dits « violents ». S’appuyant sur la psychopathologie, la psychanalyse, la philosophie, (des travaux de Paul Ricoeur notamment) elle soutient avec force que la clinique des enfants violents est une urgence humanitaire pour laquelle il faut mettre en place une prévention et une prise en soin de qualité, demande hautement politique.
La lecture de cet ouvrage laisse voir les grosses failles de la prise en charge de ces enfants, mais aussi l’humanisme, l’empathie et la générosité de Mélanie Georgelin, qui mérite toute notre admiration.

Enfance, l’état d’urgence, Collectif CEP-Enfance

Préfacé par Claire Brisset, ancienne défenseure des enfants, cet ouvrage recense les témoignages et analyses d’une centaine d’associations réunies dans le collectif CEP-Enfance. Des thématiques diverses sont mises en avant : Citoyenneté, droits sociaux, droits de l’enfant, politique de l’enfance, Culture, Education, Handicap, Justice, Périnatalité, Petite enfance, Protection de l’enfance, Santé, Vie psychique, santé psychique, sont les grands chapitres.
Ceci permet d’avoir un panorama vaste et complet des diverses facettes qui touchent à la vie des enfants.
Il est donné à voir l’écart entre les textes écrits et leur application, souvent très difficile.
Les constats sont généralement similaires, quel qu’il soit le champ d’action. Manque de moyens matériels et souvent humains, dévouement du personnels face à des situations critiques, aberrations institutionnelles…. Néanmoins, cet ouvrage ne se limite pas à pointer les manques, mais propose des solutions, souvent innovantes, qui sont mises en application chez certains.
La lecture de cet ouvrage apporte une grande ouverture, car on connaît fréquemment un des aspects, mais pas la totalité et la diversité des champs d’action.

Parentalités en mouvement,
(des pratiques à inventer),
sous la direction de Régine Scelles et Michel Wawrzyniak

A l’occasion de 50 ans de la Fnepe (fédération nationale des écoles des parents et des éducateurs) l’école des parents propose cet ouvrage qui donne à voir une grande variété de situations familiales. Que ce soit la diversité des cultures, des modes de vie, des familles en difficulté, les témoignages, ainsi que les expériences permettent de découvrir des formes de parentalité diverses.
Et posent des sujets de réflexion. Celui des immigrés, face à un modèle d’éducation quelquefois à l’opposé de celui de leurs pays. Les incidences de la pauvreté sur la santé et l’éducation, l’utilisation des jeux vidéo qui peut devenir un enjeu de santé mentale ou encore les nouveaux modes de parentalité, comme les couples homoparentaux ou les mères isolées, entre autres. Pour finir, un sujet qui n’est pas encore suffisamment étudié, les conséquences des techniques de PMA sur le développement psychique des enfants.
Un ouvrage nécessaire et éclairant pour tous, professionnels et parents.
Collection L’école des parents

Deux ouvrages complémentaires de Laurent Bachler pour questionner l’enfance. L’auteur, philosophe, travaille sur le rôle que la philosophie accorde à l’enfance.

L’enfance, une grande question philosophique,
Laurent Bachler

Ce livre, écrit avec simplicité, est accessible à toutes et à tous ceux qui s’intéressent à l’enfant. Car l’auteur exprime et développe de façon claire et argumentée, un point de vue de ce qui est l’enfance, à ne pas confondre avec l’enfant. Car l’enfance est aussi une affaire d’adultes, de l’enfant que nous avons en nous.
Pour prendre soin de l’enfance, l’auteur l’envisage de plusieurs points de vue. Faisant appel à quelques philosophes (Descartes, Rousseau, Sartre, Kant) il analyse des concepts comme la puérilité, l’enfantin et l’infantile, le sourire et le pleur, et amène à réfléchir sur des sujets qui auraient pu paraître anodins de prime abord.
Il décortique, (pour notre grand plaisir), avec une grande justesse, la notion à la mode de l’éducation bienveillante, qui a force d’être utilisée s’est vidée complètement de son sens. La bienveillance est vue comme un mot magique, remède à tout.
Un autre point intéressant et original est l’analyse qu’il fait de trois représentations cinématographiques de l’enfance.
Cet ouvrage est d’une grande utilité, car il permet de se questionner sur des sujets qui paraissent a priori simples et met la philosophie à la portée de tous.

Dans la collection 1001 BB

Le philo au berceau, Laurent Bachler

Dans ce volume, bref mais bien nourri, l’auteur fait un tour de la place quasi inexistante de l’enfant dans la philosophie, jusqu’à le «  Emile » de Rousseau. Et réussit à nous faire partager les positions de philosophes de conceptions et d’époques différentes. Dans une synthèse passionnante, il nous sera donné de suivre les pensées d’Alain bien sûr, bien connu pour ses travaux sur l’enfance, mais aussi de Baudrillard, Sartre, Arendt, Kant, et bien d’autres, qui même si peuvent avoir des conceptions qui s’opposent, permettent de réfléchir et de se poser des questions auxquelles peut-être on n’avait pas prêté attention.
Un livre d’initiation, passionnant et facile à lire, pour donner envie d’aller plus loin.

Observer un bébé : un soin,
sous la direction de Denis Mellier

L’observation du bébé est fondamentale pour la compréhension de ce qui se passe en lui, pour y prendre soin et l’accompagner.
Pionnières en la matière, Esther Bick et Emmi Pikler ont donné beaucoup de repères et ont beaucoup apporté à ce travail d’observation, très pointu et ô combien nécessaire.
Dans le présent ouvrage, divers témoignages viennent étayer ce travail. L’observation d’un bébé en néonatalogie donne à voir de façon poignante l’implication que cette observation déclenche chez ce tout-petit nourrisson.
Cette observation fine est extrêmement intéressante dans les rapports triangulaires parents, enfants, observateur, et donne à voir comment peut s’instaurer une médiation dans des situations difficiles.
L’exemple d’une petite fille, Sonia, arrivée en pouponnière à l’âge de 3 mois, souffrant de graves problèmes de santé, montre comment les adultes coopèrent et mettent en place un travail d’observation inspiré de Loczy, qui permet à l’enfant d’avancer et de se développer à son rythme.
D’autres cas, racontés de façon vivante et approfondie, viennent compléter cet ouvrage passionnant.

Jeux de bébés, Pierre Denis

Déclinant cet ouvrage comme un abécédaire, un chapitre par lettre, l’auteur se pose la question fondamentale : qu’est-ce que le jeu. L’interrogation qui s’ensuit est de savoir si le bébé joue.
A partir du fait que le bébé n’est jamais inactif, qu’il explore sous tous les angles, est-ce que l’on peut appeler cet exercice jouer ?
Au fil des chapitres, quelquefois succincts et d’autres fois bien développés, il sera utile de voir et revoir certaines notions et connaissances, explicitées de façon simple pour tous.


REVUES

Le nouvel éducateur N° 254 : Penser l’espace classe

Dans ce numéro, un dossier important propose de réfléchir à l’aménagement de l’espace classe.
Ce problème qui de prime abord pourrait sembler futile, est en fait un élément essentiel dans la démarche pédagogique.
Car de cet agencement découleront les interactions entre les enfants, entre les adultes et les enfants
C’est aussi un enjeu social, car il est bien évident que dans les classes exiguës, les problèmes d’hygiène, de promiscuité, seront plus présents. Assurer à chaque enfant un espace à soi, une intimité dans laquelle il puisse se retrouver, tout en lui assurant la possibilité d’agir avec les autres, c’est un enjeu fondamental.
Des témoignages d’enseignants en maternelle et en primaire sont complétés par des réflexions de ce type de travail à l’université !
Il reste toujours un espoir que Freinet essaime même chez les adultes !

ICEM pédagogie Freinet 

METHODES

Au-delà de la chanson,
sous la direction de Jean-Luc Brouillon

Cet ouvrage propose 30 chansons originales pour les cycles 1, 2, 3. Sur chaque double page sont présentés la chanson et des prolongements à faire avec la voix, le corps, les instruments. Jeux corporels, d’écoute, de rythme… c’est très riche et permet d’utiliser les chansons pour travailler d’autres paramètres.
Cerise sur le gâteau, un lien permet d’avoir la version chantée, le play-back et la partition au format PDF.
Que du bonheur !

Fuzeau 

C’est comme caresser un chat,
(Aborder la direction de chœur par le chant)
Edward Caswell

L’auteur de cet ouvrage est chanteur et chef de chœur réputé. Il possède donc une grande expérience en tant que chef de chœur et a mené un travail empirique lui permettant de comprendre et d’aider à résoudre beaucoup de problèmes techniques qui se posent aux choristes et à un chœur en général. Car un chœur, même s’il est formé d’individus, doit avoir un son commun qui se crée, justement, par ce travail d’ensemble.
Le travail de la voix est souvent très abstrait et Edward Caswelle trouve des images qui permettent de visualiser et donc de comprendre les mécanismes vocaux demandés. Que ce soit la pâte à pizza ou l’acte de caresser un chat, les images parleront et, même si l’on ne pensera pas à chaque fois, créeront des réflexes qui s’enracineront dans chaque choriste.
Ce qui est aussi intéressant est le fait que ce travail permet un meilleur geste de direction, c’est un va-et- vient entre le chœur et le chef.
Après «  cette mise en voix » une recherche plus spécifique est faite à partir de quelques œuvres du répertoire vocal. Du Requiem de Mozart, en passant par des Requiems (Fauré, Brahms, Verdi) etc., ce sont des propositions de travail fort intéressantes pour les chefs de chœur, bien sûr, mais aussi pour les choristes, qui verront ces œuvres sous une autre lumière.
Un ouvrage passionnant pour tous ceux qui s’intéressent à la direction de chœur.

Editions Symétrie 


nos autres sélections : cd || livres - cd || coups de coeur || haut de la page ||
* retour à l'accueil


ADEM 4 rue Lucie 94350 Villiers sur Marne 01 49 30 94 67 e-mail: association.adem@wanadoo.fr